• La rédaction

La grivèlerie est un délit (2/4)


Filouterie à l’Hôtel

Avec les paiements dématérialisés par carte bancaire au moment de la réservation, les impayés sont devenus assez rares dans l’hôtellerie, à part les règlements avec des cartes volées et des établissements non informatisés, ou le règlement se fait à la sortie et en liquide, la possibilité de quitter un hôtel sans payer est devenu moins facile. Mais il existe des cas assez incroyables pour être racontés.

Dans un très belle Hôtel du Sud de la France, certaines chambres du premier étage donnent sur une rue, un soir un client arrive et demande une de ces chambres alors que les autres chambres sont mieux situées... il dit qu’il est déjà venu et y avait très bien dormi. Il récupère sa chambre et le lendemain, la femme de chambre retrouve la chambre vidée de tout, il ne reste que les quatre murs, même la moquette a été arrachée, les luminaires, les matelas, le sommier, la tête de lit, le linge, le lavabo, les pare-douche, la baignoire, la déco, les rideaux, les tringles, tout est passé par la fenêtre et a été volé, évidemment le client a disparu, faux nom, faux papier, carte volée...plainte immédiate, même les gendarmes n’ont jamais vu ça. Nous n’avons jamais eu de nouvelles de notre pilleur de chambre ni de ses complices.

Même si ce cas dépasse la grivèlerie ou filouterie « classique », ce genre d’événement arrivent et n’est pas si exceptionnel que cela. La grivèlerie ici est accompagné d’un vol en bonne et dû forme de mobilier et accessoires qui ont été remboursés par l’assurance mais qui étaient pour certains d’entres eux des meubles d’antiquaire avec une valeur sentimentale... quand au prix de la nuit, il est passé en pertes et profits...

#Juridique #Infos #Justice

© 2020  Chr365 / Acantech SAS.

2 Bis rue Robert le Ricolais  CS 90435
44304 Nantes Cedex 3
Tel: +33(0)2 72 24 70 70

  • White Facebook Icon
  • Twitter
  • Blanc Google+ Icône