• La rédaction

Plusieurs pays européens alertent sur l’utilisation de l’antivirus Kaspersky

Dernière mise à jour : 18 mars



À la suite des évènements Ukraine/Russie, certains pays se sont récemment exprimés sur les risques potentiels de l’utilisation des logiciels de la firme russe.


L'argumentaire du BSI (Allemagne) tient en trois points principaux :

- Ampleur des autorisations système dont l'antivirus dispose et connexion permanente aux serveurs de Kaspersky.

- Vecteur potentiel d'espionnage et de sabotage, que ce soit de gré, de force ou à l'insu de l'éditeur.

- Risque d'effets collatéraux jusqu'au niveau des individus et des entités les moins exposés en théorie.


l’ANSSI invite assez explicitement à rechercher une solution de substitution. Et plus globalement à diversifier les fournisseurs. Motif : l’isolement de la Russie sur la scène internationale et le risque d’attaque contre les acteurs industriels liés au pays. Une situation qui peut affecter la capacité de ces fournisseurs à maintenir leurs produits à l’état de l’art.


Comme l'ANSSI, le BSI appelle à ne pas désactiver les antivirus Kaspersky sans avoir de solution de remplacement prête à enclencher. Il n'y a pas d'interdiction, rappelle-t-il : la décision revient aux utilisateurs.


Le conseil de l’équipe de Chr365 est de changer rapidement d'antivirus si vous l'utilisez sur vos PC.


Source: silicon.fr & lemonde.fr Photo © Kaspersky Lab