• La rédaction

Restaurants fermés : laissons la décision aux Régions !


La décision de laisser fermés TOUS les restaurants PARTOUT en France, sans distinction géographique, interpelle. Qui peut croire que le risque de propagation du virus est le même dans une auberge de Lozère que dans une brasserie parisienne. La population de ce département est de 77000 habitants … moins que le nombre de places du Stade de France !


Si au printemps, personne ne savait comment se propageait le virus, les derniers mois ont permis de mieux le comprendre. Les professionnels ont pu s’organiser : les restaurateurs ont structuré leurs espaces pour respecter les distances imposées, mis en place des règles pour désinfecter les tables et équipements, se sont bien souvent transformés en « vigile du masque » alors qu’il s’agissait de rappeler à l’ordre … leurs clients.


Regardons ailleurs, par exemple … aux États-Unis où la santé est gérée par chaque État. Le nombre de morts, rapporté à la population, est équivalent à celui de la France alors que leur Président sortant a passé son temps à expliquer que la COVID était un gros rhume. Mais pas un Américain n’aurait l’idée de vouloir appliquer les mêmes règles de confinement dans les grandes villes comme New York ou Los Angeles et dans les bourgades perdues du Montana ou du Wisconsin. En France, c’est ce que l’on fait.


Les conséquences de cette décision pour le secteur de l’hôtellerie et de la restauration sont très graves mais ne semblent pas mesurées à leur juste valeur. De très nombreux hôtels et restaurants notamment indépendants n’ont plus les moyens financiers de leur survie. Il y a des centaines de milliers d’emplois en jeu avec des effets induits très importants sur le tourisme : nos visiteurs américains ou asiatiques ne reviendront pas en France pour se restaurer dans des fast-foods !


Pourquoi ne pas confier la décision d’ouverture ou de fermeture aux Présidents de régions ou de conseils départementaux. Par exemple, la Présidente de la région Occitanie est très bien placée pour savoir s’il est opportun de laisser ouverts les restaurants de la Lozère et fermer ceux des rues piétonnes de Toulouse. Comme l’avaient demandé les Marseillais.


Il n’est pas habituel qu’un éditeur de logiciels ait ce genre de communications mais, travaillant exclusivement pour l’hôtellerie et la restauration, il nous est difficile de ne pas réagir face à une situation qui devient chaque jour un peu plus préoccupante pour nos clients.

44 vues0 commentaire